Flux RSS

Actus

20 nov. 2012 Vidéo de la deuxième étape, un an après...

09 nov. 2011 J'y suis arrivé !

04 nov. 2011 Ca y est, il est arrivé cette nuit à 3h21mm51s !

03 nov. 2011 Fatigue quand tu nous tiens !

02 nov. 2011 Encore des conditions qui sortent de l'ordinaire

» Toutes les actus



Voir toutes les photos+vidéos


Best Western Masqhotel Vhox

Actualités

Transgasgogne 2011 - 30 heures après le départ

31 juillet 2011 - 00:00

Samedi à 12h02 en baie de Ribadeo, c’était le calme plat. Le comité fait le choix de ne pas décaler le départ et après un rappel général, les Mini sont envoyés vers Port Bourgenay pour les 300 milles de l’étape retour.

Une étape très technique puisqu’il va falloir jouer dans les faibles souffles de la dorsale installée sur le Golfe de Gascogne. Pas de stratégie marquée, il faut observer le plan d’eau, anticiper chaque bascule, chaque risée aussi légère soit elle, appréhender les nuages et se placer pour toucher du vent le plus tôt possible. La pétole en mini n’est pas très drôle, alors la pétole au près…

A ce petit jeu, Pierre semble s’en tirer plutôt bien puisqu’il occupait à 17h00 ce dimanche, la troisième place du classement. Un classement à prendre tout de même avec précaution car la flotte est totalement éparpillée sur le terrain de jeu, et qu’il est pratiquement impossible de prévoir le vent que touchera un bateau à 100m de soi.

Les bateaux de série comme « Masqhotel », le mini de Pierre sont à l’aise dans ce genre de conditions, et leur carène pourrait lui donner un léger avantage sur cette seconde étape.

Le plus dur pour les concurrents engagés, c’est la gestion du sommeil et du stress. Il ne s’agit pas d’un stress comme celui que l’on ressent dans des conditions très musclées, mais plutôt une pression permanente, ne rien rater de ce qu’il se passe sur le plan, ne pas craquer lorsque la grand voile ne daigne pas se gonfler, ne pas s’énerver lorsqu’un bateau à côté parvient à accrocher une risée… Les vents faibles révèlent beaucoup des marins.

Ensuite, contrairement à ce que l’on pourrait penser, en course, on dort plutôt lorsqu’il y a du vent, le bateau est réglé, le pilote automatique travaille efficacement… Mais lorsque le vent se joue des marins, c’est là qu’il faut « être dessus » à chaque instant. De plus, la finesse du pilote n’est pas celle d’un bon barreur et il vaut souvent mieux être soi même aux commandes. Ainsi, Pierre ne va pas vraiment prendre un livre et s’installer confortablement pour une petite sieste réparatrice !

On attend demain le passage d’un front orageux, quant au classement, il faut tenir bon, une redistribution des cartes est encore possible, mais étant donné son classement, on peut dire à coup sûr que Pierre fait tout pour que son « Masqhotel » figure parmi les premiers à l’arrivée.

 

Analyse de la situation par Florent Gaillard

 

Course à suivre sur http://transgascogne.geovoile.com/2011/

Soyez le premier à réagir

Les commentaires sont fermés !


» Article suivant : Transgasgogne 2011 - Arrivée de Pierre à 13h28 à Port Bourgenay - 5ème du c...

» Article précédent : Transgasgogne 2011 - Départ de la seconde étape Ribadeo-Port Bourgenay, ce ...

» Retour à la liste des actualités